Détails du projet "Entrepreneur Spirit"

Auteur : Alexandra Bally

Description :
"Entrepreneur Spirit" est un projet autour de la création d'entreprise en lycées (généraux, technologiques et professionnels et la préparation pour travailler à l'étranger. Cela concernait 3 pays dans ce projet Erasmus+ : France, Espagne, et Allemagne. Le projet est divisé en 2 parties qui correspondent aux 2 années du projet : 2015-2017. Durant la première année du projet les élèves entrepreneurs ont été amené à créer une mini-entreprise (Junior Company) dans chaque pays partenaires. Chaque pays a donc créé une Junior Company en respectant la même thématique : "mise en valeur touristique de nos régions". Ce challenge était assez "facile" pour le partenaire espagnol mais un peu moins pour le partenaire allemand et moins encore pour l'équipe française basée dans le bassin minier du Nord de la France. La particularité de cette démarche entrepreneuriale a été de nous faire travailler ensemble et de comparer, s'aider, partager. L'organisme qui a rendu possible ce dispositif est : the Junior Achievement Worlwide association. Cette association mondiale se décline dans chaque pays. La deuxième année du projet a été consacrée à une préparation plus pratique et plus concrète au niveau des élèves pour se préparer, se projeter à l'étranger, en Europe. A savoir-faire son curriculum vitae en anglais, connaître les structures et les possibilités liées à Erasmus+, s'entraîner à l'entretien en anglais avec un professionnel, connaître les bases pour créer une entreprise, savoir négocier, et travailler avec des structures officielles comme la Chambre de Commerce, le Conseil Régional, la mairie, etc. Ce projet a eu comme préoccupation première le décloisonnement : - Au lycée : le décloisonnement des classes, des niveaux, des âges, des spécialités - Au niveau local : le décloisonnement vis à vis des structures locales en ouvrant l'établissement sur les partenaires locaux intervenant de près ou de loin dans le projet. - Au niveau national et européen : ouvrir les frontières et amener les élèves à vivre une expérience entrepreneuriale avec d'autres jeunes et d'autres structures en Europe. Ce projet a été l'occasion de permettre aux élèves de mener une activité tout à fait inédite et nouvelle dans leur cursus scolaire, de travailler en équipe de façon nouvelle et originale, de pratiquer les langues étrangères et de s'ouvrir. Cet aspect est essentiel de travailler en équipe de façon nouvelle et originale, de pratiquer les langues étrangères et de s'ouvrir. Cet aspect est essentiel dans ce projet. Il amène le jeune à avoir un regard nouveau et "décalé" sur son établissement scolaire et sur les équipes pédagogiques. Ce sont des bénéfices à court, moyen et long termes que nous avons pu constater et projeter. Nous pouvons déjà considérer comme un bénéfice le fait que des élèves français, ou espagnols ou allemands aient saisi l'opportunité de ce projet et qu'ils aient osé aller de l'avant pour faire un stage, travailler l'été, ou partir étudier à l'étranger.

Niveau(x) concerné(s) :
Lycee - Lyceepro

Discipline(s) concernée(s) :
Documentation - HG - Ses - EnsPro - EnsTech - LV - Autre

Nombre d'élèves concerné(s) : 100

Personnes impliquées dans le projet : 16

Etablissement(s)
: Lycée Saint Paul – Lens ; Berufskolleg Barmen Europaschule – Wuppertal / Allemagne; Instituto de Educación Secundaria - SANTA MARIA DE GUIA / Iles Canaries-Espagne

Adresse de l'établissement principal :
Lycée Saint Paul, 38 route La Bassée BP 17 62301 Lens cedex

ZEP ? Non

Objectifs poursuivis :
Nous avions plusieurs types d’objectifs dans ce projet. Les 7 objectifs initialement prévus ont été atteints avec des surprises par rapport à ce que nous nous attendions. 1 – Renforcer l’esprit européen et la dimension européenne en matière d’enseignement et d’apprentissage. Dans ce projet, nous avons eu la chance de bénéficier de rencontres transnationales entre enseignants uniquement (3 au total : au début, au milieu et à la fin du projet). Cette possibilité a vraiment permis de tisser des liens dès les premières semaines du projet. Cette cohésion a pris forme lors du premier transnational en septembre à Lens en France et nous y avons associé les élèves et les collègues (enseignants et non enseignants) de l’établissement. Cette rencontre a concrétisé le projet et l’équipe européenne qui a perduré durant les 2 ans et qui continuera puisque nous avons envie de créer de nouveaux projets ensemble. 2 – Développer les langues étrangères Le travail s’est concentré principalement sur l’anglais (langue de tous les documents officiels et les mises en commun du projet). Ce n’était pas simple pour nous tous et spécifiquement en France. Nos langues de communication étaient alternativement en anglais, en allemand, en français et en espagnol. Nous n’avons rien imposé ni aux élèves ni aux enseignants. Tous les partenaires ont donc été dans un cadre linguistique flexible qui a permis à chacun de développer une ou plusieurs langues étrangères. C’est ça aussi l’Europe : homogénéiser tous en respectant la diversité ! 3 – Motivation à entreprendre On reproche souvent aux jeunes ne pas être autonomes, entreprenants et de ne pas prendre d’initiative, de se laisser vivre en somme. Le cœur de ce projet Erasmus+ était d’entreprendre ainsi que de coopérer entre les enseignants, les élèves dans le cadre de 3 pays. Il était donc incontournable d’entreprendre à partir du moment où chacun intégrait le projet. Ceci était d’autant plus vrai que nous avons tous beaucoup travaillé sur notre temps libre, la semaine (le midi en dehors des cours en France), en soirée à la maison, les week-ends et pendant les vacances. 4 –Echange d’expériences professionnelles Cette initiative de base de mélanger les élèves des filières générales, technologiques et professionnelles se sera révélée très bénéfique car tous ont travaillé ensemble comme on pourrait le faire dans une vraie entreprise ! 5 – Comment créer une Junior Company Nous avons été épaulé par le même réseau européen JA Europe et par nos agences nationales respectives en France EPA (Entreprendre pour Apprendre), en Espagne EPA (Emprender Para Aprender) and en Allemagne (Pädagogischer Austauschdienst). Chaque Junior Company a reçu l’aide d’un parrain pour nous accompagner, nous motiver. Cette expérience de création est très enrichissante pour tous et reste un pas important dans le curriculum et les souvenirs des élèves. 6 – Comment me préparer à travailler à l’étranger D’abord s’améliorer en anglais en utilisant une plateforme d’entraînement (7Speaking). Chaque élève et enseignant du projet a eu un accès à cette plateforme. Cet aspect du projet était crucial, car il l’est pour le futur des élèves. Ils ont compris les enjeux de la maîtrise de l’anglais et cela les a motivé : je suis capable de le faire avec du travail !! Moins de doutes, moins de craintes, plus de confiance, mieux préparés à parler et écrire en anglais. 7 – Communication entre les partenaires du projet Nous avons réussi à assurer une communication de qualité ce qui était l’épine dorsale du projet. Il est bien entendu que la communication dépasse la relation entre enseignants et élèves partenaires mais va bien au-delà avec la communauté éducative des établissements, les partenaires, etc

Historique :
Le projet concernait 4 pays dans ce projet Erasmus+ au départ : France, Espagne, Allemagne et les Pays-Bas. Finalement fin septembre 2015, la participation des Pays-Bas a été annulée par leur Agence nationale. Nous avons donc mené ce projet à 3 pays : France, Allemagne et Espagne. Il est nécessaire de rappeler qu’il y a eu 2 étapes dans ce projet : 2015-2016 –création des MINI ENTREPRISE / 2016-2017 – se préparer pour travailler à l’étranger et travail sur la dissémination du projet En 2015-2016 : un « embryon du projet » a été testé par les partenaires français et espagnol sur la création d’entreprise : de l’idée au Business plan avec l’utilisation de la plateforme etwinning. L’expérience de cette année nous a permis de rédiger le projet 2015-2017.

Description des étapes :
Le projet est divisé en 2 parties qui correspondent aux 2 années du projet : 2015-2017. Durant la première année du projet les élèves entrepreneurs ont été amené à créer une mini-entreprise dans chaque pays partenaires. Chaque pays a donc créé une mini entreprise en respectant la même thématique : "mise en valeur touristique de nos régions". Ce challenge était assez "facile" pour le partenaire espagnol mais un peu moins pour le partenaire allemand et moins encore pour l'équipe française basée dans le bassin minier du Nord de la France. La particularité de cette démarche entrepreneuriale a été de nous faire travailler ensemble et de comparer, s'aider, partager. Les bénéfices ont été reversés à la Fondation de France pour financer un projet local « Mines d’idées ». La deuxième année du projet a été consacrée à une préparation plus pratique et plus concrète au niveau des élèves pour se préparer, se projeter à l'étranger, en Europe. A savoir-faire son curriculum vitae en anglais, connaître les structures et les possibilités liées à Erasmus+, s'entraîner à l'entretien en anglais avec un professionnel, connaître les bases pour créer une entreprise, savoir négocier, et travailler avec des structures officielles comme la Chambre de Commerce, le Conseil Régional, la mairie, etc.

Soutiens et supports :
Nous avons bénéficié dans ce projet du soutien et du support de personnes et structures autant dans l’établissement, dans la communauté éducative avec les parents et les personnes non enseignantes ainsi que dans les structures locales et régionales.

Obstacles :
Nous avons rencontré 2 problèmes majeurs : 1 - L'annulation de la participation du partenaire hollandais 2 - La difficulté pour communiquer par Skype, surtout la 2e année. En effet, nous n'avions aucun créneau commun et le réseau informatique nous a empêché de faire des conférences par Skype à plusieurs. Ce problème de réseau informatique s'est aggravé en France nous obligeant à régulièrement travailler sur le projet de chez moi plutôt que du lycée. Les réseaux viennent de la faiblesse du débit et du nombre croissant de salles informatiques, d'ordinateurs connectés et d'utilisation de l'informatique. Plus il y a de trafic sur le réseau, plus le trafic est ralenti. Ce problème a été signalé à de nombreuses reprises à la directrice du lycée qui s'est engagée à améliorer le réseau. Gestion des risques de conflit et difficultés : - D'abord, les rôles initialement définis par les uns et les autres ont été assurés sans problèmes. Chaque pays (expérimenté) a eu des équipes stables et impliquées sérieusement. Un projet européen Erasmus+ est une aventure qui ne s'improvise pas. Pendant la 2ème année, je n'ai pas pu participer aux mobilités avec élèves. Cela n'a pas été gênant puisque parmi l'équipe formée dès la 1ère année, j'ai pu être remplacée en toute confiance et de façon très professionnelle. - Le niveau de langue faible de certains élèves n'a pas posé de problème ni pour les enseignants ni pour les élèves même lors des mobilités. Nous avons soigneusement préparé les présentations en anglais, avons motivé les élèves et dédramatisé leur niveau en mettant en valeur dès que possible leurs progrès. Autant dire que nous sommes très fiers de ces élèves qui ont "fait beaucoup de chemin" depuis le début du projet. - Les attentats ont rendu les voyages pour les mobilités un peu plus délicats.

Bilan de l'action :
Les réalisations dans ce projet sont nombreuses par rapport aux 7 objectifs initiaux décrits dans la partie précédente et numérotés de la même façon. 1 – La cohésion de l’équipe a permis de tisser des liens croisés entre les enseignants et les élèves dans les 3 pays : participation à des cours lors des mobilités (enseignants et élèves) - De nombreux projets ou initiatives ont vu le jour à titre individuel au-delà de nos attentes : * Par exemple un partenariat pérenne entre la classe de français du lycée espagnol et une classe d’espagnol du lycée français. * L’accueil à Lens de 2 étudiantes allemandes venues 8 semaines en stage (Maria et Conchetta dans l’entreprise du parrain français de notre mini-entreprise) et participant au projet Erasmus+. * Une enseignante française a trouvé la motivation pour renforcer son anglais, et une enseignante d’HG projette de passer la certification DNL (Discipline Non Linguistique) permettant d’enseigner sa discipline en anglais. * Plusieurs élèves allemands, français et espagnols ont passé des vacances d’été chez leurs partenaires. Un élève allemand a travaillé l’été en Espagne, un autre a décidé d’aller y étudier l’année d’après. Un de nos élèves français a trouvé le déclic pour travailler à Londres l’été dernier et une nos bachelières françaises a décidé de consacrer une année scolaire à l’anglais et à l’espagnol à l’étranger. 2 – Le travail s’est concentré principalement sur l’anglais (langue officielle de tous les documents officiels et les mises en commun du projet). Nos langues de communication étaient alternativement en anglais, en allemand, en espagnol et en français. Tous les partenaires ont donc été dans un cadre linguistique flexible. La plateforme 7Speaking, application téléchargeable sur smartphone, a permis également une aide supplémentaire. De façon plus informelle, la communication entre partenaires européens : élèves / enseignants a beaucoup apporté aussi. - Les résultats ont été multiples : visible (: le niveau de langue s’est amélioré pour tous « petits et grands ») et invisible (: vaincre une certaine « honte » à s’exprimer en anglais surtout en France pour des élèves des Bacs technologique et professionnel). 3 – Tout au long de ces 2 années de projet, les élèves et les enseignants ont été entreprenants y compris sur notre temps libre, la semaine (le midi en dehors des cours en France), en soirée à la maison, les week-ends et pendant les vacances. Nous avons mis en place très tôt des outils collaboratifs pour le partage et la mutualisation de l’information et des documents (Dropbox, plateforme eTwinning) La création d’une Junior Company (MINI ENTREPRISE) fut la principale motivation pour entreprendre la première année. Il fut d’ailleurs très enrichissant de travailler non pas de façon hiérarchique mais de façon horizontale avec les élèves tout en ayant la « blouse de l’accompagnateur expert ». La seconde année fut complètement différente, les élèves devaient être dans une démarche d’entreprendre pour eux-mêmes pour se projeter à l’étranger et pour communiquer autour de leur projet. 4 – L’échange d’expériences s’est opéré entre les élèves au niveau européen, avec les enseignants ayant un parcours professionnel en entreprise et avec les professionnels ayant gravité autour du projet, les visites d’entreprises et d’organismes. 5 – Chaque pays a créé une MINI ENTREPRISE, à partir de la même thématique de base : « mise en valeur touristique de nos régions ». Il en est ressorti les MINI ENTREPRISES suivantes : En Espagne et en Allemagne : création d’« Europefly » ayant pour objet une création de services dans le tourisme de chaque région. En France : création de « Nord, J’Adore ! » une MINI ENTREPRISE créant et commercialisant des cartes postales mettant en valeur notre bassin minier et notamment nos terrils. 6 – Cette préparation a fait l’objet des étapes de travail lors de la 2ème année de projet. Rédiger son CV et sa lettre en anglais, se préparer pour un entretien professionnel en anglais. Certains de nos élèves n’avaient jamais passé d’entretiens (l’objectif principal de la 4e mobilité en Espagne). 7 – Elle fut régulière, stable et de qualité avec une bonne compréhension entre les équipes dans l’ensemble, autant entre les rencontres que pendant celles-ci. Durant les mobilités de nombreuses activités et ateliers ont concrétisé la collaboration des jeunes entre eux.

Personnes susceptibles de témoigner (à quel titre) :
Alexandra Bally : la responsable du projet et coordinatrice au niveau européen 2 enseignants français, et quelques élèves (bac général, bac technologique et bac pro)

Collectivités, associations ou mouvements :
Mairie de lens, Maison de la jeunesse de Lens, Cabinet d’architecte GMA (Lens), Eric Legrand photographe, Conseil Régional Hauts de France, Fondation de France, Alinéa (Noyelles-Godault), Office du tourisme de Lens-Liévin, Boutique du Louvre-Lens

Ce qui est transposable :
Les fiches guides mises à disposition sur la plateforme etwinning : - Conseils pour créer une mini entreprise - Comment rédiger une lettre de motivation en anglais - Comment rédiger un Cv en anglais - Comment trouver un stage à l’étranger - Comment faire un entretien Ainsi que le planning du projet sur 2 ans

Motivations pour participer au forum :
Partager l’expérience de ce projet européen. Communiquer sur l’aspect positif des collaborations européennes Montrer l’intérêt de l’entrepreneuriat dans le secondaire

Statut : En attente

Voici ce qui est joint à ce projet :
-> monographie_classe_inversee.pdf
-> biweb_nantes.pptx